L’aéroport Charles-de Gaulle, situé à 35 km au Nord de Paris, jouit d’une localisation exceptionnelle : situé au centre de l’Europe, CDG (c’est son petit nom, attribué par l’OACI) est atteignable par la plupart des villes européennes en moins de trois heures.

C’est pour cette localisation exceptionnelle qu’Air France-KLM en a fait un hub, où le nombre de correspondances possibles chaque jour est le plus élevé d’Europe.

Cependant, la plateforme de Charles-de-Gaulle fait partie de l’une des plus décriées du monde. Les reproches émanant des voyageurs sont nombreux : complication du circuit de correspondances, temps de roulage très long, politesse des agents, restauration loin des attentes des voyageurs, ergonomie de la signalisation, confort lors des longues attentes, difficulté et inconfort d’accès depuis Paris…
En tant que voyageur fréquent, je dois avouer que la plupart des reproches sont justifiés. La situation, cependant, est assez hétérogène. Je vais essayer de donner quelques pistes d’explication et d’amélioration.

Le circuit de correspondances

Très longtemps, la DGAC ne permettait pas la correspondance sans repasser les contrôles de sécurité. La législation a évolué en ce sens dans ces cinq dernières années, autorisant les correspondance sans renouvellement des contrôles de sécurité lors des connexions de vol domestique à vol domestique, et désormais de vol Schengen à vol Schengen. Cette transcription d’une directive européenne a d’ores et déjà été mise en application dans certains aéroports, comme Lyon Saint-Exupery, ou les correspondances Air France à partir de vols provenant de l’espace Schengen ne sont pas soumises à de nouveaux contrôles de sécurité à Lyon.

Le contexte est placé. Ainsi, les voyageurs trouvaient le circuit de correspondance compliqué de par ce premier facteur : le contrôle de sécurité systématique.

L’amélioration est en cours, même si les plans divergent en fonction des compagnies et des terminaux :

  • Terminal 1 (Principalement Star Alliance) : L’organisation en satellites avec les contrôles de sécurité placés à l’entrée de chaque satellite ne peut être améliorée sans travaux complémentaires. La première mesure serait de supprimer le circuit arrivées pour faire débarquer les vols dans la salle d’embarquement. Même si cela semble simple, les satellites ont une taille limitée et cela pourrait créer des conflits de flux de voyageurs.
    Cependant, le flux de correspondances au sein du terminal 1 n’est pas la priorité, aucune compagnie de Star Alliance n’ayant de hub à Paris
  • Terminal 2 – Hors Skyteam :
    • Terminaux A et C : ils regroupent les vols non-Schengen pour les compagnies de OneWorld et non alliées. L’ouverture du bâtiment de liaison entre les deux terminaux permet, certes, le passage de l’un à l’autre mais pas la,correspondance aisée, vu que le circuit arrivées reste séparé
      Cependant, le flux de correspondances au sein du terminal 2AC n’est pas la priorité, aucune compagnie n’ayant de hub à Paris.
    • Terminal B : il regroupe les vols Schengen pour les compagnies de OneWorld et non alliées, dont certaines compagnies Low Cost, comme easyJet.
      Cependant, le flux de correspondances au sein des terminaux 2A/B/C n’est pas la priorité, aucune compagnie n’ayant de hub à Paris.
    • Le terminal D, lui, va fermer pour travaux de rénovation dans les prochains mois, lorsqu’Air France aura transféré ses vols au terminal 2F.
  • Terminal 2 – Air France et Skyteam : la situation est en voie de grande amélioration.
    Nouvelle organisation des terminaux . Le hub d’Air France-KLM et de ses partenaires Skyteam est recentré vers l’Est du terminal 2.

    • Le terminal 2E regroupera l’ensemble des vols non-Schengen des compagnies de Skyteam autour de 3 jetées d’embarquement : K (bâtiment principal), L (jetée d’embarquement S3, ouverte en 2005) et M (jetée d’embarquement S4, ouverte en juin 2012, en service de 4h30 à 13h)
    • Le terminal 2F regroupera l’ensemble des vols Schengen des compagnies de Skyteam, la zone non Schengen et son poste de police aux frontières étant supprimée. Le nouveau poste d’inspection-filtrage unique est d’ores et déjà en place
    • Le terminal 2G (G pour Guantanamo ?) regroupe déjà l’ensemble des vols des filiales régionales d’Air France-KLM.

Transferts de vols

  • Terminal 2C : Les vols Air France partant auparavant du terminal 2C ont d’ores et déjà été transférés au 2E. Certains vols Skyteam (les vols Saudia par exemple) et quelques vols en partage de code hors Skyteam sont restés dans d’autres terminaux.
  • Terminal 2D : Les vols Air France du terminal 2D ainsi que certains vols non-Skyteam en partage de code Air France vont être transférés au terminal 2F.
  • Terminal 2F : Les vols Air France non-Schengen du terminal 2F vont être transférés au terminal 2E.

Amélioration des circuits

La clarification va grandement améliorer l’orientation des voyageurs lors de leurs correspondances. Le circuit Arrivées au terminal 2F va être directement connecté au circuit départs sans passage au poste inspection-filtrage, éliminant cette étape fastidieuse pour les correspondances Schengen-Schengen.
Un tunnel en zone sous douane est en cours de construction entre le terminal 2F et le terminal 2E est en cours de finalisation, avec une mise en service prévue à l’automne. Ce tunnel permettra les correspondances Schengen-non Schengen sans passage des formalités de sécurité. Attention, la réciproque ne sera pas vraie.
Pas d’amélioration prévue du côté du terminal 2G, qui reste le parent pauvre du hub. Toujours ce bus infâme pour les correspondances vers le 2G ou à partir du 2G vers le 2F. Astuce : les correspondances du 2G vers le 2E peuvent se faire par un bus sous douane ; suivez-bien les panneaux « Correspondances/Transfer Portes/Gates K L M ». Aéroports de Paris ne prévoit plus de prolonger CDGVal au 2G pour des raisons budgétaires, et ce, contrairement au projet initial.

  • Olivier Duperrin

    Bel article informatif de 2012 mais je viens de le parcourir.
    À le lire, on entrevoit quand même un peu la raison du « tant de haine » : T1, T2 en variantes A, B, C, etc… , le 2E avec jetée K… Bref, j’ai connu des leçons d’algèbre plus faciles. Pour moi, c’est un beau b…el : architecturalement parlant, c’est l’exemple type d’une « usine à gaz ». J’y passe 8 fois par an en transit depuis l’Amérique du Sud et, doté d’une intelligence plus que moyenne, je suis toujours ébahi de voir que dans le terminal 2E (je crois), les portes se déclinent en K1, K2… Bref, à la place, donnez-moi de l’Atlanta par exemple ! Si ma mémoire est bonne, les terminaux A, B, C, D y sont tous reliés par un train automatique UNIQUE et les putains de portes s’appellent très logiquement A12 ou C8 selon qu’elles se trouvent dans le terminal A ou C. Simplissime pour les abrutis dans mon genre. Quel fonctionnaire borné a-t-il eu l’idée de génie de commencer par parler de terminal 1 pour passer à des terminaux A, B, C, … pour arriver à un 2E (ou F ?) avec une « jetée » K ? Franchement mettez-vous à la place de n’importe quel pékin qui débarque de son Afrique ou Amérique Centrale au milieu de ce mélange de lettres et chiffres avec des navettes différentes (j’ai déjà pris des navettes type « train automatique » mais aussi des bus pour aller au G pour m’envoler vers le Luxembourg)… Si demain, je suis dictateur de ce beau pays nommé la France, je renomme tous les bâtiments A, B, C, etc… avec portes ad hoc A1, A2, …B1, etc… et un train automatique unique en dessous du bazar.
    Temps de roulage : j’y pensais en arrivant du Luxembourg (12 minutes la dernière fois pour un vol de 55 minutes, c’est du 20%… Je préfère pas comparer avec le TGV)… mais jamais noté de roulage trop long en décollant pour Bogotá ou Bs Aires.
    Note perso : je ne prends jamais de plaisir à utiliser des aéroports trop importants… J’aime bien Zurich ou Luxembourg (mais pas de longs courriers depuis ce dernier hélas).