Depuis l’avènement du transport aérien de masse, et de par son obligation de service public pour certaines destinations (Antilles Françaises, Réunion), Air France a développé des cabines « Haute Densité », opérant vers ces destinations mais également d’autres destinations dites « Loisir » comme Montréal ou Bangkok.
Et non seulement le confort est réduit en classe économique de par la densité de sièges, le service était lui, réduit dans toutes les classes.
De par son annonce du jeudi 12 juin dernier, Air France commence à réduire les différences entre son service en cabine dense et son service classique… en Business pour le moment.

Un service réduit sur certaines destinations, mais aussi sur certains appareils !

Air France opère un service réduit sur des destinations Loisir, essentiellement situées dans la zone Caraïbes/Océan Indien (COI). Il s’agit, entre autres, de La Havane, Punta Cana, Saint-Domingue, Saint-Martin, l’Ile Maurice, Antananarivo, Cayenne, Pointe-à-Pitre, Fort-de-France et la Réunion.
Ce service est effectif quel que soit le type d’appareil utilisé (ici, essentiellement des Boeing 777-300ER Haute Densité, ou des Airbus A340-300).

En outre, et sans doute pour des raisons opérationnelles (place dans les galleys, temps de service au vu du ratio hôtesse/steward par passager), lorsque les Boeing 777-300ER Haute Densité sont utilisés, quelle que soit la destination, le service réduit est également opéré !
Ainsi, sur Montréal ou Bangkok, où ces appareils sont régulièrement engagés, le service peut s’avérer réduit, et comble de la bêtise, alors que d’autres vols opèrent un service normal 2h avant ou après (Montréal).

Si, en tant que connaisseur, je peux comprendre les raisons opérationnelles de tels services, la différence n’est pas acceptable du point de vue du voyageur, notamment s’il a bénéficié d’un service classique sur un vol d’apport.

Classe par classe, les différences entre le service normal et le service réduit

Sur ces vols, le service réduit se décline, aujourd’hui, dans toutes les classes, avec plus ou moins de différences avec le service classique.

Business

En cabine Business, les différences sont minimes, mais à mon sens, les plus injustifiées : le billet est au même prix qu’une destination à service normal, et les espaces de stockage identiques.
En service réduit, pas d’amuse-bouche, l’entrée est simplifiée, les choix de plats limités à deux, et pas de choix de desserts.

Premium Economy

En cabine Premium Economy, la situation est très différente en fonction de la base parisienne de l’avion et ce, pour des raisons historiques.

Sur les vols au départ de, ou à l’arrivée à Paris-Orly

Sur les vols en partance ou à l’arrivée d’Orly, la situation est, cette fois-ci, en faveur des vols Loisir : Le service est identique à celui qui existait auparavant en cabine Alizée à savoir une boisson d’accueil (Punch ou Champagne), un repas inspiré de la cabine Business, servi dans des assiettes en porcelaine et des couverts en inox.

Sur les vols au départ de, ou à l’arrivée à Paris Charles-de-Gaulle

Sur les vols en partance ou à l’arrivée de Roissy, le service en classe Premium Economy sur les vols Loisir est proprement honteux : il est identique à celui de la classe Economy donc totalement inadapté au prix payé ! L’équipage a honte de servir ce produit.

Economy

En classe Economy, c’est là que la prestation est la plus ridicule. Pas de menu distribué, pas d’apéritif, pas de choix de plat chaud, pas de choix de vin, et une qualité plus que médiocre.

Un bon début…

Par son annonce récente, Air France rétablit une situation normale pour les passagers en classe Business : Boisson d’accueil, amuse-bouche, et choix de dessert parmi lesquels le Trio de Desserts et les sorbets. Bref, un service similaire au service Business Classique.
En revanche, pas de changement en cabine économique. Dommage, car le service Air France en cabine économique est, à mon sens, parmi les meilleurs des compagnies européennes… Encore un petit effort, et Champagne pour tous !