Dans le cadre d’un long week-end printanier, j’ai séjourné dans la belle ville de Zagreb au Sheraton, l’un des deux hôtels de la ville appartenant au groupe Starwood, l’autre étant le Westin.

La Croatie est l’un des six pays issus de l’ex-Yougoslavie. 25 ans après son indépendance, la ville regorge de trésors cachés et a revêtu ses plus beaux habits pour accueillir les visiteurs fraîchement revenus dans une douceur de vivre très agréable.

Réservation

Comme à mon habitude, j’ai réservé cet hôtel au travers du site SPG. Cette fois-ci, j’ai utilisé mon code Corporate habituel qui me permet de bénéficier d’un tarif avantageux ainsi que d’une flexibilité maximale en cas de problème.

Quelques jours avant mon arrivée, ma réservation a été surclassée en Suite Classique.

Arrivée

En raison de l’indisponibilité d’un Uber à mon arrivée, j’ai dû emprunter un taxi au départ de l’aéroport. Attention au budget : il est 3 fois plus coûteux que le service Uber, quasiment 240 kn vers le Sheraton, situé dans la ville basse (la partie récente).

À notre arrivée, le réceptionniste nous a accueilli, et a réalisé les formalités d’arrivée : vérification d’identité, prise d’emprunte de carte bancaire et fabrication des clés.

Il nous a été demandé de faire un choix entre 500 points de bienvenue et le petit-déjeuner offert. La question ne se pose pas : le petit-déjeuner, qui plus est pour deux personnes, a une valeur bien supérieure à ces 500 points.

Il a également confirmé le surclassement en suite classique. Pas un mot sur le départ tardif, bénéfice pourtant garanti en tant que membre Platinum.

Chambre

La suite assignée, située au 3ème étage de l’établissement, donnait sur la cour intérieure de l’hôtel, donc protégée des bruits extérieurs comme la circulation ou le tramway. En revanche, le bruit intérieur généré par la ventilation était assourdissant.

Une prestation de bienvenue (très sommaire) avait ete disposée dans l’espace salon de la suite : quelques fruits entiers et une bouteille d’eau plate, c’est chiche !

L’espace salon était de belle taille, bien que l’espèce de kitchennette soit peu utile tant son équipement est faible. Bien qu’une rénovation récente soit perceptible, les meubles en bois trahissent l’âge de l’établissement et donnent un aspect vieillot à une pièce qui pourrait pourtant être très réussie.

La partie nuit, assez petite mais moins meublée est plus réussie. L’aspect vieillot est aussi moins présent. Le lit, aux standards de la chaîne, est extrêmement confortable.

La salle de bains est astucieusement découpée en deux parties : une partie toilettes et bidet accessible depuis le salon, et une partie bain et lavabo accessible depuis l’espace nuit, les deux parties étant séparées par une porte coulissante. La salle de bains est, elle, tout à fait moderne, et l’on regrette alors que les meubles n’aient pas été changés dans le salon et la chambre…

Pour finir, une visite virtuelle de la chambre :

Restauration

L’hôtel est pourvu de deux restaurants : l’un réservé au petit-déjeuner, et l’autre pour le dîner

Service du petit-déjeuner

Nous avons pris notre petit-déjeuner chaque matin. Si le buffet est très varié, la qualité des mets reste assez moyenne, avec des jus industriels et un café (express ou filtre) infect. Seuls les fruits étaient d’une grande qualité.

Le service est, lui, juste poli, et seuls les débarrassages étaient proactifs (peut-être un peu trop d’ailleurs).

Service du dîner

À des fins de tests sur TravelGuys, nous avons testé le restaurant à la carte l’un des soirs de notre séjour. J’ai réservé par téléphone depuis notre chambre. La personne a été très surprise que quelqu’un appelle pour réserver.

En descendant au restaurant, j’ai compris pourquoi : la salle était totalement vide, et nous avions deux serveurs rien que pour nous !

La carte est d’inspiration locale : un grand choix d’entrées et de soupes étaient disponibles.

J’ai choisi de ne prendre qu’un plat principal à base de turbot et de risotto : un délice.

En revanche, le dessert choisi, des raviolis Ricotta-Figue était vraiment innommable.

Attention aux vins : normalement très abordables en Croatie, l’hôtel surfacture largement, à la française !

Installations de l’hôtel

Cette fois-ci, je n’ai pas profité des installations sportives. En revanche j’ai largement utilisé la piscine de l’établissement pour effectuer quelques longueurs. Bien qu’agréable, peu de transats sont disponibles, et restent squattés toute la journée par, certes, de très jolies femmes !

On regrette quelques absurdités, comme le fait qu’il ne soit pas possible d’entrer dans le sauna avec un maillot de bains (dans un hôtel 5 étoiles ?) et que le jacuzzi ne soit pas opérationnel alors qu’il semble très agréable d’y faire trempette en extérieur.

Départ

J’ai du demander un late check-out jusqu’à 13h la veille du depart, puisque cela ne m’a pas été proposé auparavant. Bien qu’accordé sans problème, il serait normal d’encoder directement la carte de chambre jusqu’à 16h dès le check-in.

Les formalités se sont déroulées sans problème, et mon Uber pour l’aéroport m’attendait.

Conclusion

Un hôtel somme toute assez standard avec des prestations qui pourraient être meilleures. La restauration laisse clairement à désirer. La prochaine fois, je donnerai sa chance au Westin, situé à moins d’un kilomètre du Sheraton.

Dans le cadre d'un long week-end printanier, j'ai séjourné dans la belle ville de Zagreb au Sheraton, l'un des deux hôtels de la ville appartenant au groupe Starwood, l'autre étant le Westin. La Croatie est l'un des six pays issus de l'ex-Yougoslavie. 25 ans après son indépendance, la ville regorge…

Sheraton Zagreb, une impression mitigée

Chambre
Restauration/bar
Checkin-out
Application programme de fidélité
Equipements (gym, piscine, spa...)
Rapport Expérience/Prix
Service et attention
Hotel (emplacement etc...)

Passable

Un hôtel somme toute assez standard avec des prestations qui pourraient être meilleures. La restauration laisse clairement à désirer. La prochaine fois, je donnerai sa chance au Westin, situé à moins d'un kilomètre du Sheraton.

56